Panier
Ajouter au panier
Power People : Najell x Emma Igelström

Empowerment

Power People : Najell x Emma Igelström

Chez Najell, nous tenons à encourager les parents à conserver leur identité, à continuer à faire ce qu'ils aiment et à être parents à leur manière. Dans cette série d'interviews, nous mettons en lumière et discutons de tous les aspects de la parentalité avec nos power people sélectionnés. Des personnes que nous croyons fortes en termes de personnalité, dans leur rôle de parent et qui, par-dessus tout, visent à donner du pouvoir aux autres.

Dans cette interview, nous rencontrons l'ancienne nageuse suédoise Emma Igelström, @emmaigelstrom sur Instagram. Nous l'avons vue nager à des vitesses record. Mais maintenant, elle inspire les autres avec ses enseignements sur la façon dont aller à toute vitesse peut parfois conduire à un crash complet. Elle a parlé ouvertement de ses luttes contre les troubles alimentaires, la dépression et les pensées suicidaires. Aujourd'hui, elle a retrouvé son chemin et profite de la vie avec sa magnifique famille. Nous parlons du stress lié à la performance, des normes corporelles insoutenables et des troubles de l'alimentation, ainsi que de la vérité sans filtre sur la grossesse.

En août dernier, son fils Loui est arrivé comme un petit miracle. Après l'ablation de deux tumeurs utérines, la grossesse n'était ni planifiée ni quelque peu contre toute attente. Néanmoins, Emma a su garder son calme face à la situation.

Nous savons que de nombreuses personnes luttent contre la peur de l'infertilité, que quelque chose se passe mal pendant la grossesse ou qu'il y ait des complications à la naissance. Qu'avez-vous à leur dire ?

"Je suis tellement convaincue que vous pouvez entraîner vos pensées. Acceptez que ces pensées inquiétantes puissent venir (elles l'ont fait pour moi aussi) mais demandez-vous aussi : "Puis-je influencer cela d'une manière ou d'une autre ?". Si je ne peux pas, je m'entraîne à laisser tomber cette pensée. Il ne sert à rien de s'inquiéter de quelque chose que je ne peux pas influencer de toute façon. Cela prend simplement beaucoup d'énergie dont nous avons tous besoin pour des choses que nous pouvons réellement influencer."

Heureusement, Emma a continué à avoir une grossesse saine. Cependant, cela ne voulait pas dire que tout se passait pour le mieux. Emma a parlé ouvertement de cette période, en disant que "cette glorification de la grossesse et cette abondance de photos de grossesse stylisées me rendent terne".

- Quelle était votre ressenti sans filtre ? Comment avez-vous abordé votre grossesse ?

"Mon ressenti sans filtre était de me sentir mal pendant 17 semaines. Le reste du temps était correct, mais certainement rien qui pourrait me manquer ou quelque chose de puissant. C'était plutôt le sentiment d'avoir à "passer par là" pour rencontrer mon enfant. Cela en valait la peine, mais ce n'est pas une sensation que je recherchais. Bien sûr, c'était aussi un moment de gratitude."

- De nombreuses personnes enceintes connaissent un autre aspect de la grossesse dont on parle rarement. Une tempête émotionnelle qui peut impliquer des sautes d'humeur, de la tristesse et même de la dépression. Qu'auriez-vous envie de dire à tous ces parents ? Comment faites-vous pour surmonter cette épreuve ?

"J'ai fait une dépression post-partum avec mon premier enfant mais je ne l'ai réalisé que longtemps après. J'avais honte d'en parler car je pensais que c'était honteux de se sentir mal alors que j'allais si bien. Parlez, parlez, parlez ! Beaucoup de gens sont dans la même situation. La vie de bébé glamour n'existe que sur les réseaux sociaux. Chacun vit des choses différentes. Il existe de l'aide et la meilleure chose que vous puissiez faire pour vous-même (et votre bébé) est de tendre la main et de demander de l'aide."

- Vous écrivez souvent que vous êtes poussée par la réussite. De nombreux parents ressentent une pression constante lorsqu'ils deviennent parents, pour être "le parent parfait." Comment gérez-vous cela ?

- En fin de compte, il s'agit d'essayer de trouver un équilibre dans la vie. Selon vous, quelle est la chose la plus importante pour y parvenir ?

"Réaliser qu'il n'y a pas une seule recette pour une vie équilibrée, chacun de nous doit trouver son propre équilibre. Pour moi, cette prise de conscience a été importante pour arrêter de me comparer aux autres. Mon équilibre consiste à donner la priorité à ce qui est vraiment le plus important pour moi. La famille, le sommeil, l'exercice et la nourriture. Le reste est un bonus."

- Après une grossesse, il est facile de sentir que votre corps et votre volonté ne travaillent pas vraiment en harmonie. Quels sont vos conseils pour celles qui cherchent à se remettre sur pied après l'accouchement ?

"N'écoutez personne d'autre, écoutez vous et votre corps. Allez-y doucement, donnez à votre corps ce dont il a besoin et le temps qu'il lui faut. Encore une fois, ne vous comparez pas, chacun a des conditions différentes après la grossesse et l'accouchement. J'ai accouché par césarienne et j'ai eu un temps de récupération beaucoup plus long cette fois-ci."

- Il est facile de se sentir comme si vous deviez constamment vivre selon un certain idéal, qui est souvent le résultat des normes sociétales et de ce que vous voyez sur les réseaux sociaux. Parfois, cela peut même conduire à des troubles de l'alimentation. Selon vous, comment la société, les médias et les réseaux sociaux influencent-ils la vision que les femmes ont de leur corps ?

"Nous sommes très influencés par les idéaux et les normes tout le temps. Je le remarque surtout avec mon ado. Cependant, je peux aussi voir une chose positive avec les réseaux sociaux. De nombreux influenceurs pour ado aujourd'hui, comme Therese Lindgren et Bianca Ingrosso, en parlent et la question est mise en lumière. Ca me rend très heureuse."

- Avez-vous des conseils pour discuter des troubles de l'alimentation avec les jeunes dans l'espoir d'empêcher leur développement ?

"Je pense qu'il est important d'être entendu et d'oser parler de ces choses. Il ne devrait pas être honteux de parler de nourriture. Si l'on commence à éviter d'en parler, cela risque de devenir un problème silencieux. Selon moi, il est également très important de donner à mes enfants une bonne estime de soi en ne se contentant pas de les féliciter pour ce qu'ils font, mais en leur donnant des choses positives basées sur ce qu'ils sont. Moi-même, je détestais qu'on me dise constamment à quel point j'étais bonne. C'est l'expression la plus éculée que je connaisse".

- Enfin, si vous pouviez donner un conseil à tous les nouveaux ou futurs parents, quel serait-il ?

"Détendez-vous. Tout se passera bien. Faites confiance à votre instinct et profitez-en ! Le temps passe trop vite..."

Pour en savoir plus sur nos "Power People", cliquez ici.

Produits pour les parents urbains