Panier
Ajouter au panier
Power People: Najell x Tobias Richter

Power People : Najell x Tobias Richter "Mon rôle de sage-femme devrait primer sur mon genre" 

 

La maïeutique est un domaine largement dominé par les femmes en Allemagne. Selon les estimations, seulement 30 des 27 000 sages-femmes sont des hommes. Pourquoi cette répartition ? Dans cette interview de notre série Najell x Power People, nous rencontrons Tobias Richter (@heb.tobi98), un sage-femme de 26 ans basé à Berlin. En tant qu'enseignant pour les futures sages-femmes, il œuvre activement pour promouvoir la diversité dans ce domaine. 

Pourquoi avez-vous choisi de devenir sage-femme ? Qu'est-ce qui vous fascine dans cette profession ? 

J'ai choisi de devenir sage-femme parce que j'aime travailler avec les familles en attente d'un enfant. L'opportunité d'accompagner les gens dans une phase de vie aussi importante m'a vraiment parlé. Le mélange d'expertise médicale, d'empathie et de soutien émotionnel que cette profession implique est fascinant.

Dans une autre interview, vous avez mentionné que votre collègue italien, également sage-femme, était surpris de voir à quel point il est inhabituel pour un homme de travailler dans cette profession en Allemagne. Quelles sont les différences entre l'Allemagne et d'autres pays, comme l'Italie ? 

En Italie et dans de nombreux autres pays, il est plus courant que des hommes travaillent comme sages-femmes. De nombreux pays en Afrique ont été pionniers dans ce domaine car il n'y avait pas suffisamment de sages-femmes souhaitant ou pouvant travailler dans les zones rurales ; ainsi, les hommes ont été autorisés à suivre une formation. En Allemagne, les hommes n'ont été autorisés à se former comme sages-femmes qu'à partir de 1985. Cependant, on observe que le domaine devient également plus inclusif et ouvert d'esprit. Il est clair que certains pays étaient en avance sur nous. 

Avez-vous trouvé plus difficile, en tant qu'homme, d'être pris au sérieux pendant votre apprentissage ? 

Oui, au début, il était parfois difficile d'être pris au sérieux - j'ai même envisagé d'abandonner. Mais cela ne m'est pas arrivé seul - mes camarades de classe féminines ont également vécu cela parfois. Le travail bien fait était presque jamais apprécié. C'était une période extrêmement difficile et intense qui m'a beaucoup demandé. 

À votre connaissance, combien y a-t-il actuellement de sages-femmes hommes en Allemagne ? Le nombre a-t-il augmenté ces dernières années ? 

Il y a très peu de sages-femmes hommes en Allemagne, estimés à environ 25-30. Le nombre a légèrement augmenté ces dernières années par rapport à lorsque j'ai postulé pour un apprentissage en 2015. 

En tant que représentant au Conseil fédéral des stagiaires sages-femmes, vous avez joué un rôle crucial pour faire évoluer votre titre professionnel de "Entbindungspfleger" (soit "soignant en maternité masculin", impliquant moins de responsabilités) à "Hebamme" (terme déjà utilisé par les femmes) en 2020, lors de la réforme de la formation des sages-femmes. Y a-t-il eu des voix discordantes à cette évolution ? Est-ce toujours parfois étrange de porter un titre à connotation principalement féminine ? 

Je n'ai en fait aucun souvenir d'une opposition à cette décision. Pour moi, l'utilisation du terme "Hebamme" n'est pas étrange du tout. Bien au contraire ! Je le vois comme une reconnaissance de l'égalité sur le lieu de travail. En définitive, il devrait toujours s'agir de ma fonction et de mon rôle en tant que sage-femme, et non nécessairement de mon genre.

Combien de naissances avez-vous assistées et lesquelles vous ont le plus marqué ? 

J'ai assisté à environ 600 naissances jusqu'à présent. Au fil des ans, certaines d'entre elles m'ont particulièrement marqué. Il y a eu une naissance spontanée de jumeaux (je suis moi-même un enfant de jumeaux), l'accouchement dans l'eau d'une amie, ainsi que des familles que j'avais déjà suivies et avec lesquelles j'ai eu le plaisir de travailler à nouveau pour la naissance de leur dernier enfant.

Sur votre compte Instagram @heb.tobi98, vous abordez également ouvertement des sujets tels que les fausses couches ou le consentement pendant l'accouchement. Quelles options de soutien sont disponibles pour les femmes après de tels événements traumatisants ? Les sages-femmes sont-elles les meilleurs interlocuteurs pour cela ? 

Il existe diverses options de soutien, telles que le soutien en santé mentale, les centres de conseil spécialisés et/ou les groupes d'entraide. Les sages-femmes sont souvent le premier point de contact et peuvent fournir un soutien émotionnel important, ainsi que les orienter vers les spécialistes appropriés. Cependant, les sages-femmes sont parfois également confrontées à la violence sur leur lieu de travail. Il y a ici aussi un besoin urgent d'actions pour que toutes les personnes sortent de l'accouchement avec un bon résultat.

Vous considérez-vous comme un ambassadeur de la profession ? Et quelles sont les réactions que vous recevez sur votre compte Instagram ou sur l'internet anonyme en général ? 

Oui, je pense qu'au fil des ans, on m'a attribué ce rôle d'ambassadeur. Sur mon compte Instagram @heb.tobi98, j'essaie de partager des perspectives sur mon travail quotidien, mais je ne me mets pas la pression pour publier. Les réactions sur internet sont principalement positives. Parfois, il y a des commentaires négatifs isolés et malheureusement des commentaires très déplacés, clairement émis par des personnes anonymes très frustrées. Mais c'est ainsi que fonctionne l'ère du numérique.

Explorez nos produits pour nouveau-nés